LES DISCIPLINES DE TAEKWONDO

Le taekwondo - Un Art Martial devenu Olympique

  • Pratiquer le Taekwondo, c’est rechercher en permanence un équilibre personnel pour vivre en harmonie avec son environnement.
  • C’est aussi un sport moderne devenu discipline olympique en 2000 aux jeux de Sydney.

C'est un art martial d'origine coréenne, dont le nom peut se traduire par la voie du pied et du poing (tae : frapper du pied - kwon : frapper du poing - do : voie, esprit).

Le pratiquant de taekwondo est appelé un taekwondoïste.

Introduit en France en 1969, affilié successivement à la Fédération Française de Judo et Disciplines Asscociées (FFJDA) puis à la Fédération Française de Karaté et Arts Martiaux Affinitaires (FFKAMA). Depuis 1994, il a sa propre Fédération délégataire et autonome : la Fédération Française de Taekwondo et Disciplines Associées (FFTDA).

Il est passé de simple discipline associée (de 1988 à 1994) à sport olympique officiel pour les Jeux de Sydney en 2000.

L'histoire du Taekwondo est intimement liée à celle de la Corée. Au VIe siècle, se constitie le mouvement "Hwarangdo" fondé sur l'étude des arts martiaux et du bouddhisme. Cette "école de pensée", destinée aux jeunes aristocrates, reste une source d'inspiration dans la conduite de l'enseignement du Taekwondo

Il permet d'acquérir une force d'épanouissement et de cultiver un esprit d'ouverture. Pratiquer le taekwondo, c'est rechercher en permanence un équilibre personnel pour vivre en harmonie avec son environnement.

De par la variété de ses techniques, l'art martial coréen du Hapkido est parfois comparé au Judo, pour ses projections, chutes et balayages - à l'Aïkido, pour ses clés et bien sûr à la discipline soeur qu'est le Taekwondo pour ses percussions.

Grâce à ses techniques de contrôle et d'immobilisation, le Hapkido est très développé au sein des forces de police dans le monde.

Les techniques de Hapkido sont souvent spectaculaires car totalement orientées vers l'efficacité. 

Le Hapkido est représenté par de nombreux styles et écoles, qui ont cependant la même racine. En France, la majorité de ces styles est regroupée au sein de la commission Nationale de Hapkido (CNH) qui oeuvre au sein de la FFTDA.

Bien que la majorité des pratiquants de Hapkido soit des adultes, certaines sections intègrent des enfants dès 8 ans.

En région Ile de France, il est enseigné au sein d'une dizaine de clubs. Un cursus Hapkido permet à un pratiquant motivé d'obtenir son 1er Dan en quelques années. La CNH organise 5 stages et 3 passages de grades annuels, dont plusieurs en région parisienne animés par mes Maîtres Français ou des grands Maîtres Coréens (7ème au 9ème Dan)

Texte écrit par Julien Loesch - Responsable opérationnel de la CNH

Le terme " Tang Soo " remonte à la période Silla Le Tang Soo Do, " Voie de la main chinoise ", a été créé en Corée en 1945 par Hwang Kee. La première école (ou style) de Tang Soo Do fut le Moo Duk Kwan, créé à Séoul par Hwang Kee en 1945.

En 1955 certaines écoles de combat coréennes se regroupent sous l'appellation de " Taekwondo ". Hwang Kee fait rapidement sécession. En 1961 est créée la Korea Taekwondo Association. Hwang Kee refuse d'y adhérer. Le Taekwondo et le Tang Soo Do entament alors un développement séparé, au plan coréen et international.
Aux États-Unis, les pratiquants les plus connus de Tang Soo Do sont Kim C.S., Richard Magdaleno, Ted Mason, David Praim et l'ancien champion du monde de Karaté, Chuck Norris.

Kim C.S. découvre le Tang Soo Do en Corée sous la direction de Kim Song Ki. Il ouvre ses premières écoles en 1969. Dix ans plus tard, à la demande de Hwang Kee, il s'installe aux États-Unis et fonde trois nouvelles écoles. Kim C. S. est connu pour avoir formé plus de 1000 ceintures noires. Richard Magdaleno, (1944- ) reçut sa ceinture noire de Hwang Kee en 1966. Il est l'auteur d'un livre écrit en collaboration avec Yong Chung Wha : " Tang Soo Do ". Ted Mason, (1938- ) découvre le Tang Soo Do en 1968 sous la tutelle de Donald Garrett, dont il reçoit la ceinture noire en 1967. Plus tard, Hwang Kee lui décernera le grade de troisième Dan et un diplôme d'instructeur. Ted Mason a introduit le Tang Soo Do en Argentine, avec l'aide de Roberto Villalba. L'élève américain le plus connu de Mason est l'ancien champion du monde de Karaté ( light-contact et full-contact) Howard Jackson. David Praim enseigne le Tang Soo Do depuis 1963. En 1970, il remporte l'American Moo Duk Kwan Champion ship. Parmi ses élèves se trouvent Eddy Everett et Johnny Lee. Chuck Norris est une des légendes vivantes des arts martiaux américains. Il découvre le

Tang Soo Do en Corée, lors de son service militaire, sous la direction de Shin Jae Chul. Par la suite, il étudiera d'autres disciplines, notamment le Karaté et le Kempô. Entre 1964 et 1972, il remporte la plupart des grands tournois de karaté organisés sur le territoire américain.

La philosophie du Soo Bahk Do puise ses principes dans trois grands courants de pensée, déterminants dans l'histoire de la Corée. On peut reconnaître dans le Soo Bahk Do :

  • l'influence de la pensée um/yang (Taoïsme)

  • une conception bien précise de l'harmonie sociale (Confucianisme )

  • un certain rapport au vivant (Bouddhisme).

Des principes plus spécifiques ont été élaborés depuis la création du Moo Duk Kwan, la première école, par le Grand Maître Hwang-Kee en 1945 ; loin d'être en contradiction avec les trois influences majeures énoncées ci-dessus, ce sont des manières de les réactualiser, et de les intégrer au plus près de la pratique du Soo Bahk Do.

C'est la raison pour laquelle on parlera de philosophie de l'action : il s'agit de fournir aux pratiquants des énoncés, des jalons qui les guident dans leur pratique régulière.
C'est le cas :

  • de la distinction Shim Gung/ Neh Gung/ Weh Gung que l'on peut traduire par intention mentale (ShimGung)/activation du corps par le souffle (Neh Gung)/ exécution du mouvement grâce à l'énergie des hanches (Weh Gung).

  • des 10 points pour la pratique à la fois repère technique et mental pour l'entraînement.

Une des conséquences de cette philosophie de l'action est qu'il n'y a pas de différence entre l'intérieur du do-jang, le temps de l'entraînement et l'extérieur, la vie de tous les jours : les 8 concepts sont des vertus que chaque pratiquant pourra garder à l'esprit en toute situation .